Speedy Life
Actu

Pour comprendre les Gilets jaunes, lisez le premier livre sur le sujet : « Dans la tête des Gilets jaunes » de François Bernard Huyghe, Xavier Desmaison et Damien Liccia


Paul Lenoir
Vendredi 25 Janvier 2019





La crise des Gilets jaunes fait émerger la question du temps en politique. Pris entre mouvements fulgurants et lente maturation des idées, le phénomène peine à trouver son rythme. L’essai de François Bernard Huyghe, Xavier Desmaison et Damien Liccia, « Dans la tête des Gilets jaunes », insiste sur ce point. Il annonce une lente gestation.


Pour comprendre les Gilets jaunes, lisez le premier livre sur le sujet : « Dans la tête des Gilets jaunes » de François Bernard Huyghe, Xavier Desmaison et Damien Liccia
Dans la tête des gilets jaunes (VA Press, 14€) est le premier livre à sortir dès le début du mois de janvier sur cette crise. Que pensent les Gilets jaunes eux-mêmes ? Tel est l’angle d’attaque des auteurs bien qu’il soit difficile de répondre à la question : « Non pas qu’ils n’aient « pas d’idées » comme le soutiennent avec mépris certains éditorialistes (le mouvement se réduisant alors à une bête colère de la plèbe, égarée par quelques fake news et par une poignée de manipulateurs) mais parce qu’elles reflètent une multiplicité de demandes. » (1)

Les Gilets jaunes sont-ils « populistes » ? Il n’aime pas beaucoup ce terme, sauf à lui conférer le sens stratégique que lui donne le philosophe E. Laclau : une lutte « établissant une frontière qui divise la société en deux camps et appelle ceux d’en bas à se mobiliser contre ceux qui sont au pouvoir. »

Derrière le négatif, une affirmation de soi

Mais derrière le négatif, la révolte contre les élites, il voit aussi une affirmation : « Il y a une colère et qui dit colère dit volonté de reprendre la maîtrise qui vous est déniée. » Et comment mieux se réaffirmer qu’en rappelant que l’on est le souverain ? Il faut pour cela passer du statut de populace plus ou moins idéologiquement suspecte à celui de peuple qui va où il veut, chante la Marseillaise et entend être maître de sa destinée. François Bernard Huyghe, Xavier Desmaison et Damien Liccia, rappellent opportunément « qu’avec nos notions d’horizontalité, de démocratie directe, de médiation et de représentativité, de mandat direct ou révocable... nous ne faisons que découvrir des questions que décrivait Polybe (-200/-120 avant Jésus Christ) : comment éviter que la démocratie ne verse ni dans l’ochlocratie (le règne direct de la foule déchaînée) ni dans l’oligarchie ? »

Pour les auteurs, l’avenir des Gilets jaunes dépendra de leur capacité à dépasser une multitude de difficultés. Leurs divisions internes ou leur allergie à toute hiérarchie en sont une ; l’usage de la violence en est une autre. La façon dont le « Grand Débat » parviendra à atomiser la fracture sociale (en la transformant en une série de problèmes et opportunités comme dans l’entreprise) en est une troisième. Mais la question principale est sans doute celle de la production idéologique : « Pour rassembler des groupes sur un front à la fois social, politique et culturel pour que les "idées" semblent s’imposer d’elles-mêmes à une partie de la population, il faut plus que des rassemblements dans la rue ou des groupes Facebook. Quels sont les équivalents contemporains de ce que l’on aurait appelé autrefois des intellectuels organiques, des organisations représentatives, des relais culturels, des milieux favorables, etc ? Réponse dans les prochains mois. »

Une lente gestation

Dans un débat récent avec un Gilet jaune, François-Bernard Huyghe a lâché : « Je crois que vous allez vous faire avoir ». Il aurait pu ajouter : « Ne vous précipitez pas ! » Car, le temps rapide des médias n’est pas en leur faveur. Ceux-ci sont en quête de sensationnel. Les samedis se succèdent et se ressemblent et les Gilets jaunes semblent s’interdire une élaboration de doctrine unifiée. Pourtant c’est avec des idées claires que les Gilets jaunes passeront du bruit à la parole, de l’urgent à l’important. Il faut changer de temps et vite ! C’est ce que François Bernard Huyghe, Xavier Desmaison et Damien Liccia, semblent prédire en filigrane : « La clef est la capacité d’auto-organisation, humaine et intellectuelle, des Gilets jaunes. La guerre d’usure continue. » Le succès de ce livre va dans ce sens : une recomposition intellectuelle, une réinitialisation.

(1) https://www.journaldeleconomie.fr/Quel-sera-l-avenir-des-Gilets-jaunes_a6835.html
(2) https://www.lci.fr/replay/le-brunch-de-l-info-replay-du-dimanche-20-janvier-2019-2110649.html

Livre disponible sur le site VA Press : ici




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 30 Juillet 2019 - 16:53 Pas d'âge pour travailler à l'étranger