Speedy Life
Actu

Protection de l’enfance, un enjeu national confié aux départements


Clarisse Rosius
Jeudi 31 Janvier 2019





L’Assemblée des département de France fait le point sur la mission de protection de l’enfance qui est sous la responsabilité de ces collectivités. En 2018, 300 000 mesures d’accompagnement ou de placement ont été mis en œuvre pour protéger des enfants.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La protection de l’enfance est une mission confiée aux départements. C’est pour cette raison que le bilan de l’Assemblée des départements de France (ADF) est intéressant. « La loi du 14 mars 2016 les a confortés dans l'exercice de cette mission sensible. Des mesures préventives sont exercées très tôt auprès du mineur et de sa famille. Quand la situation le réclame, le retrait de l'enfant de son milieu familial peut être décidé par l'autorité judiciaire. Le Département devient alors le gardien du mineur, quel que soit son lieu de résidence » rappelle en préambule de son communiqué l’organe de représentation.
 
« 300 000 mesures d'accompagnement ou de placement (en établissement ou en famille d'accueil) ont permis de venir en aide à ces enfants en 2018. Près de 21 000 jeunes majeurs ont également continué à bénéficier d'un suivi des Départements après leur majorité. La dépense globale d'aide sociale à l'enfance n'est pas assumée par l'Etat mais par les Départements. Selon l'Observatoire de l'action sociale décentralisée (ODAS), les Départements y ont consacré 7,37 milliards d'euros (en 2017, hors dépenses de personnels) » poursuit l’Assemblée des départements de France.

Derrière ces chiffres et statistiques, la réalité de la protection de l’enfance saute aux yeux. « Le nombre de mineurs pris charge par l'ASE ne cesse de progresser, aussi du fait de l'arrivée massive de jeunes migrants qui se présentent comme des mineurs non accompagnés (MNA). Les structures sont saturées. L'ADF a d'ailleurs constamment alerté l'Etat sur cette situation préoccupante qui déstabilise les équipes. L'ADF tient à saluer leur engagement car ils sont aujourd'hui confrontés à des situations de plus en plus complexes.  Par ailleurs, on constate qu'un tiers des mineurs confiés à l'ASE requerrait des soins spécialisés. Or, les moyens mis à la disposition de la pédopsychiatrie sont aujourd'hui totalement insuffisants. » alerte le texte qui demande plus de moyens à l’Etat.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Février 2019 - 16:35 La forme olympique de Gucci motrice du groupe Kering