Speedy Life
Culture(s)

"Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu" : Le Figaro le saque et puis l'adore


Lundi 26 Mai 2014





En route pour les 10 millions de spectateurs, "Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu" suscite des dizaines d'articles expliquant plus ou moins adroitement pourquoi le film connaît un tel succès. Et au passage, nombre de médias qui l'ont conspué à sa sortie ou tout simplement ignoré en parlent sur l'air du "on vous l'avait bien dit".


La critique de Nathalie Simon, parue dans le Figaro du 15 avril, la veille de la sortie en salle, dézinguait le film en lui octroyant 1 étoile sur les 5 que comporte le barème du quotidien ! La version en ligne  n'affiche pas le barème d'évaluation de la version papier mais on retrouve des traces de... 2 étoiles sur Allo Ciné, ce qui n'est pas beaucoup mieux.


" «Quatre mariages, deux têtes d'enterrement», surtitre l'affiche en guise de slogan. Philippe de Chauveron offre un concentré de cas d'intolérance et de préjugés racistes. Il tente à grands renforts de messages martelés à coups de marteau-piqueur de tordre le cou aux clichés. «On a tous un petit côté raciste au fond», reconnaît Claude. Malgré le rythme et les dialogues inégaux, et une mise en scène qui manque de légèreté, certains passages sont franchement hilarants."


Bien entendu, un critique cinéma a parfaitement le droit de ne pas aimer un film. On passe rapidement sur l'épisode houleux qui a opposé ces derniers mois UGC et Gaumont aux critiques de cinéma français, interdits d'avant-première car accusé par les deux distributeurs de trop systématiquement dézinguer les films !

Non, ce qui chagrine, c'est de voir que moins de trois semaines plus tard, le Figaro faisait la Une avec le film, et expliquait par A + B dans un grand dossier pourquoi ce film était un succès, ce qu'il apportait au débat national sur l'immigration et l'assimilation, etc etc.. Tout en se glorifiant d'avoir été parmi les premiers à en dire du bien !




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 31 Octobre 2019 - 14:48 La cathédrale de Metz fête ses 800 ans