Speedy Life
Carrière

Que peut faire votre employeur et vos navigations personnelles


Clarisse Rosius
Mardi 30 Octobre 2018




Lorsqu’on est a travail, l’employeur qui met à disposition le matériel informatique a un droit de regard sur ce qu’en font les collaborateurs. Une piqure de rappel utile que propose Madame Le Figaro sur l’utilisation de ces données au travail.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Attention danger. Lorsque l’on est au travail et que l’on utilise internet, la limite entre vie professionnelle et vie personnelle n’est pas toujours très claire. Un article de Madame Le Figaro remet très pertinemment les pendules à l’heure en nous appelant à la prudence. « Voici un podium qui n’enchante pas les employeurs : en 2015, Youtube, Facebook et Wikipédia se sont hissés au rang de sites les plus visités au bureau, selon une étude du cabinet Olféo, spécialisé en sécurité web. Sur une moyenne de 2h10 passées sur internet chaque jour, 58% sont consacrés à vaquer à des activités personnelles : médias, blogs, réseaux sociaux, commerce en ligne, ou encore jeux d’argent » commence l’article.
 
Et si ce qu’on fait sur internet est de l’ordre de la vie privée, alors il faut éviter de le faire durant les heures de travail et encore plus depuis les postes de travail. Mais, contniue l’article, il existe certaines règles à connaitre et les supérieurs ne peuvent pas espionner impunément : « Car l’employeur ne peut s'aventurer dans un ordinateur d’entreprise sans en avertir ses équipes. Ainsi, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) dans une décision du 5 septembre 2017 a estimé qu’un employeur avait failli à son obligation d’informer un salarié de sa surveillance et de son étendue. En outre, la juridiction nationale qui avait donné raison à cet employeur n’avait pas vérifié «si celui-ci aurait pu faire usage de mesures moins intrusives pour la vie privée. »
 
Pour ce qui est des mails, la mention « privée » doit figurer dans l’objet du mail pour que l’employeur ne puisse pas l’ouvrir. En effet, en cas d’absence ou de congé d’un collaborateur, tout le reste est consultable. Une fois de plus, une séparation hermétique entre vie privée et professionnelle est le meilleur conseil à donner dans le domaine.
 
Lire en intégralité l’article sur le site de Madame Le Figaro