Speedy Life
Actu

Renforcement de l’application de la convention des armes chimiques


Clarisse Rosius
Vendredi 18 Septembre 2020





L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) annonce que les Etats membres francophones se sont engagés plus loin dans ce combat toujours d’actualité.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay

Qu’il s’agisse des soupçons d’empoisonnement ou des bombardements chimiques en Russie ou au Soudan, les armes chimiques restent un fléau non éradiqué. Le combat pour leur disparition, porté par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), dépend de l’engagement des Etats membres. Raison pour laquelle, les annonces le 9 septembre concernant les pays francophones ont été largement appréciés. 

 

«  Les États membres francophones de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont amélioré leurs connaissances et leurs compétences en matière de mise en oeuvre effective de la Convention sur les armes chimiques (CWC) au cours d'un cours de formation générale organisé en ligne du 7 au 9 septembre. Le programme a été adapté au personnel de l'Autorité nationale ayant peu ou pas d'expérience antérieure de la mise en oeuvre de la CWC » annonce l’organisation.

 

Tandis que sa directrice, Koyoko Gotoh, s’est félicitée de cette formation plus approfondie et des fruits qu’elle doit porter : « Ce cours est spécifiquement conçu pour donner aux autorités nationales un aperçu complet des exigences de la Convention. Il leur apporte également les connaissances et les outils nécessaires pour assurer une mise en oeuvre efficace de la Convention au niveau national et pour encourager une plus grande coopération régionale ».

 

Obligation des Etats membres, responsabilité des autorité et développement d’un réseau d’expert international sont notamment au programme. « Les participants ont également eu l'occasion de participer à une séance de questions-réponses en direct ainsi qu'à un exercice pratique sur le nouveau Système d'information sur les déclarations électroniques (EDIS). Vingt-deux représentants de douze États membres ont participé au cours : le Bénin, la Belgique, le Burkina Faso, le Burundi, le Canada, le Congo, la Côte d'Ivoire, la Guinée Bissau, Maurice, le Niger, le Togo et la Tunisie » appuie le communiqué.


L’OIAC a été prix Nobel de la Paix pour ses efforts contre les armes chimiques qui ont notamment permis la destruction de 98% des stocks de ces armes. Mais son combat reste d’actualité avec des attaques régulièrement observées dans les zones de conflits ou de répressions.






Rss

Les News