Speedy Life
Actu

« Suicidez-vous », le slogan de trop pour les policiers


Clarisse Rosius
Mardi 23 Avril 2019





Alors que le nombre de policiers et de gendarmes qui se sont donnés la mort est en passe de battre un record, le slogan « suicidez-vous » scandé place de la République le 23ème samedi de mobilisation gilets jaunes a été très ma reçu par ces derniers.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Presque un appel au meurtre, en tout cas un appel à mourir. Place de la République, des groupes de personnes ont scandé « Suicidez-vous ! Suicidez-vous ! » à destination des forces présentes pour maintenir l’ordre. « C'est, peut-être, un de ces cris qui resteront, dans l'histoire du mouvement des Gilets jaunes, symbolisant la haine que suscitent les policiers chez ces contestataires. Une enquête du chef d'outrage à personne dépositaire de l'autorité publique commis en réunion a d'ailleurs été ouverte par le Parquet de Paris, a-t-on appris ce dimanche. Cette enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Paris », rapporte LCI.

S’il faut bien faire attention à ne pas raconter cet épisode en mettant « Gilet Jaunes » dans la même phrase sous peine d’être décrété ennemi public du mouvement, l’épisode est loin d’être anecdotique. Après vingt-trois week-end de mobilisation – et donc de travail pour les policiers – les signes d’épuisement et de détresse sont bien visibles chez les forces de l’ordre. « Le cri, capté par des journalistes, fait écho au nombre de suicides de policiers, depuis le début de l'année. Ils sont 28 à avoir mis fin à leurs jours depuis le 1er janvier, après la journée du vendredi 19 avril, soit deux fois plus qu'en 2018 à la même date - 35 sur toute l'année. Un malaise profond qui doit autant à une surcharge professionnelle qu'à "des fonctionnements inhumains" dans leur management, fustigent les syndicats. Des causes auxquelles les membres des forces de l'ordre ajoutent la "haine anti-flics" qui s'est développée dans les cortèges, où se retrouvent des Black blocs qui rejettent notoirement l'autorité policière » contextualise la chaine d’infos en continu. Mais d’autres médias ont par ailleurs montré des gilets jaunes qui, eux, scandaient « flic suicidé, à moitié pardonné » …  Des phrases obscènes qui ont marqué les esprits, même si Libération a par ailleurs noté que d’autres gilets jaunes appelaient les policiers à ne pas se suicider mais à les « rejoindre ».  




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 08:27 Paris : une exposition aux couleurs de la Corée