Speedy Life
Bien-être

Syndrome de l’abandon : retour sur ce mal très en vogue


Clarisse Rosius
Mardi 6 Novembre 2018




De plus en plus de psychologues ou de spécialistes décèlent chez des personnes le traumatisme de l’abandon. Un syndrome qui serait causé par un épisode de jeunesse et qui ensuite serait pesant tout au long de la vie.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il n’est pas rare d’avoir autour de soi plusieurs personnes qui affirment être touchées par le syndrome de l’abandon. Certains pédiatres ont d’ailleurs repris cette idée et conseillent aux parents de limiter la durée des séparations avec leurs enfants dès tout petit. Difficile d’y voir clair dans ce qui a des airs de mode mais est défendu par des professionnels aguerris. « On l’appelle peur, sentiment, blessure, ou syndrome. Les noms changent et les symptômes varient en fonction de la sensibilité, mais l’origine est toujours la même : une séparation dans la petite enfance vécue comme un abandon. De plus en plus de personnes semblent concernées. Serions-nous une génération d'enfants abandonnés ? » s’interroge Le Figaro Madame.

Certains comme le docteur Daniel Dufour estiment que tout le monde est touché par ce syndrome qui n’est pas forcément causé par une séparation physique. Selon lui, il peut s’agir d’une inquiétude sur le fait d’être aimé. « Estelle, 24 ans, ne se souvient pas d’un abandon particulier dans son enfance, mais dit pourtant souffrir du syndrome. «J’ai peur de me retrouver seule du jour au lendemain», confie-t-elle. Son histoire ? Celle de la séparation de son père et de sa mère, et une relation fusionnelle avec cette dernière. «Je vivais avec elle et à chaque fois qu’elle avait un petit copain j’avais peur qu’elle parte pour toujours», raconte-t-elle. La jeune femme ira en internat au lycée et sa mère voyagera très souvent, laissant à sa fille le sentiment que tout le monde peut partir du jour au lendemain » continue le magazine.

Réalité ou simplement nouvelle étiquette pour tenter d’expliquer des mal-être qui peuvent avoir toutes sortes de sources ? Nombre de psychologues persistent qu’il s’agit d’un concept sérieux et listent même les symptômes. « Manque de confiance en soi, impression de ne pas mériter d’être aimé, dépendance affective ou rejet des relations de proximité pour se protéger, la peur de l’abandon fragilise ceux qui en souffrent. «C’est surtout à travers leurs relations affectives que les personnes vont se rendre compte de cette blessure», affirme Daniel Dufour. Persuadés qu’ils ne méritent pas d'être aimés parce qu’ils ont été abandonnés dans leur enfance, ces personnes n'arrivent pas à se donner de l'amour mais exigent de leurs partenaires qu’ils les aiment toujours plus » poursuit Le Figaro Madame.

Lire en intégralité l’article du magazine Le Figaro Madame
 




Dans la même rubrique :
< >