Speedy Life
Actu

Temu, nouveau site de surconsommation fabriquée en Chine


Clarisse Rosius
Vendredi 25 Août 2023





Alors que de plus en plus de consommateurs veulent se tourner vers des modes de consommations plus durable et locaux, l’offensive chinoise continue avec un nouveau site, concurrent de AliExpress, Temu.


Creative Commons - Pexels
Creative Commons - Pexels
Pour la qualité et le local, il faudra repasser. Mais avec des prix imbattables et un catalogue à faire tourner la tête tant les objets autant inutiles que faciles à acheter s’agglutinent. Faisant de Temu, une des applications les plus populaires en France. « Comme sur AliExpress et Wish avant son éviction de France, Temu mise sur des tarifs ultra-agressifs pour séduire son audience. Sur la page d’accueil du site, les “promos de rentrée” jusqu’à -90% se heurtent aux ventes flash et aux déstockages. Les mannequins aux corps retouchés à la truelle exhibent fièrement gratte-dos en plastique, gadgets improbables et accessoires douteux, vendus à partir de quelques centimes d’euros. Derrière la plateforme, on retrouve le groupe Pinduoduo, installé en Chine depuis 2015 et principal concurrent d’Alibaba (la maison mère d’AliExpress) », raconte Le Journal du Geek.

« Contrairement à AliExpress, dont l’usage reste encore timide hors de son pays natal, Temu a réussi un coup de maître, en jouant sur les réseaux sociaux et les placements de produits pour s’exporter massivement à l’international. À l’image de TikTok et Shein, l’entreprise chinoise s’est transformée en quelques mois en véritable succès occidental. En 2022, elle devient l’application la plus téléchargée des États-Unis, avant de récidiver en France à l’été 2023. Malgré la mauvaise presse dont souffrent bon nombre d’entreprises chinoises (notamment sur la question des données personnelles), Temu a réussi à s’imposer chez les internautes français », poursuit le site spécialisé.

Notant au passage les inquiétudes esxprimées par les autorités de contrôle concernant les règles de stockage et d’utilisation des données. « En plus de devoir montrer patte blanche, Temu va devoir devenir rentable. L’entreprise a misé gros sur son exportation internationale, et va rapidement devoir diversifier son catalogue, en proposant par exemple des smartphones ou objets connectés de grandes marques pour compenser sa position tarifaire trop agressive, qui peinera à s’équilibrer sur le long terme. Car c’est bien sur la durée que l’entreprise doit s’imposer, pour espérer rivaliser avec Amazon et AliExpress », analyse le site.

Lire ici en intégralité l’article du « Journal du Geek »




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2024 - 14:00 Meta : son abonnement retoqué par l’UE