Speedy Life
Actu

Toto ne t'écoute plus


Jeudi 18 Décembre 2014




Pas dingue ça comme info ? Au bout de six minutes max, les hommes décrochent quand les femmes parlent… Il va falloir apprendre à condenser.


Toto ne t'écoute plus
Six minutes. Pas plus. C’est le temps d’attention maximal d’un homme quand une femme parle. Ça en bouche un coin. Heureusement, quand les sujets glissent vers le football et le sexe, les gars peuvent tendre l’oreille un quart d’heure. Elle n’est pas belle la vie ? Magnifique. Vous pensiez que Toto vous écoutait hyper concentré. Mais en fait pas du tout. Il hoche la tête et acquiesce de temps en temps mais il n’écoute plus depuis belle lurette. Normal, quand vous parlez, son temps d’écoute est de six minutes selon un récent sondage. Improbable le sondage ? Peut-être. Dans tous les cas, il a été conduit par le site britannique de pari Ladbrokes. 2 000 Britanniques ont été interrogés. C’est peut-être pour cela que les résultats sont consternants… C’est la faute des Anglais ! Pas sûr pourtant que les résultats seraient meilleurs en interrogeant des Français…
 
De l’autre côté de la Manche donc, cela a son importance, les hommes sont intéressés par le football. Les femmes, elles, seraient en déficit d’attention. On peut parier que si le sondage avait lieu de ce côté-ci de la Manche, les résultats seraient kif kif. D’une manière générale, les femmes rechercheraient l’attention de leurs conjoints. Ce qui est vrai. Mais très vite, explique le quotidien le Telegraph, Toto est là, mais son esprit est ailleurs. En revanche, quand il discute aves ses amis, Toto est beaucoup plus concentré. Il tient jusqu’à un quart d’heure. Mais un quart d’heure quand la conversation a pour sujet, le sport ou le sexe. Bravo Toto. Et encore, il ne doit pas avoir de distraction devant les yeux. À savoir, pas de sport à la télévision ni de smartphone à portée de main… Allez Toto, encore un petit effort. Tu peux mieux faire.

Toto ne t'écoute plus




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 20:58 Dépression post-partum : le poids de la douleur