Speedy Life
Actu

USA : une start-up de location de chatons et de chiots


Clarisse Rosius
Mardi 13 Novembre 2018




Rescue Time est une start-up américaine qui propose à sa clientèle de louer des chatons ou des chiots pour quelques heures ou quelques jours. Une drôle de pratique qui suscite l’inquiétude des associations de protection des animaux.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Un petit chat ou un petit chien, c’est mignon et attendrissant mais c’est aussi contraignant au quotidien. Comme pour parer à cette objection faite à ceux qui envisageraient d’adopter un animal de compagnie, une start-up les propose en location. Sorte de solution pour avoir les avantages, sans les inconvénients, le concept ne manque pas d’intriguer sur le bien être des animaux. « Grâce à internet, il est possible de louer un appareil à raclette pour une soirée entre amis, une robe de star pour assurer à un gala… mais aussi un animal de compagnie pour satisfaire son besoin de tendresse. Le concept a été développé par la start-up Rescue time, aux Etats-Unis, et repéré par The Next web. Leur créneau : faire l'expérience de l'amour d'un chiot ou d'un chaton d'une manière qui correspond à votre emploi du temps. Et de prendre pour exemple les gens qui sont trop souvent en déplacement pour avoir un animal à temps plein ou bien les personnes qui souhaitent animer un anniversaire ou bien un événement dans leur entreprise » raconte BFMTV.

Que ce soit pour la journée sans la nuit, ou l’inverse, pour des petites périodes par mois, l’animal à louer existe donc. Les prix sont d’ailleurs assez chers, si l’on compare avec ce que dépensent les propriétaires habituels d’animaux. Chez Rescue Time c’est 79 dollars la nuit, ou 88 dollars les deux fois par moi. « Les plus accros aux "papouilles" peuvent opter pour le forfait incluant une visite hebdomadaire de 5 chiots ou chatons pour 489 dollars. Le service est disponible à Chicago, à Milwaukee et à New York. L'offre est tout compris : l'animal est amené au domicile du client, avec tout ce qu'il faut de nourriture, jouet, litière… et à la fin du contrat de location, la start-up vient le chercher » précise la chaine d’info en continu. Et si la start-up assure qu’il s’agit d’animaux sauvés dans des refuges, les questions se multiplient sur le bien-être de ces animaux.