Speedy Life
Actu

Fichage des Gilets Jaunes à l’hôpital dénoncé par des médecins


Clarisse Rosius
Jeudi 9 Mai 2019





Dans une tribune publiée sur le site de L’Express, cent médecins demandent le boycott du fichage SI-VIC et rappellent les fondamentaux du secret professionnel. Les signataires appellent à la création d’une enquête parlementaire pour faire la lumière sur cette affaire révélée par Le Canard Enchainé.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
« Nous, médecins, rappelons notre attachement viscéral au secret professionnel. C'est pourquoi nous refusons le fichage des "Gilets jaunes" blessés arrivant aux urgences. De même que nous nous opposons à tout autre fichage des patients sans leur consentement, visant à une transmission des données en dehors de l'hôpital à des fins autres que médicales » commence le texte. Dans une tribune publiée sur le site de L’Express, cent médecins prennent position dans cette affaire de fichage à l’hôpital.
« L'article 4 (article R.4127-4 du code de la santé publique) de la loi relative aux droits des malades renforce ce secret puisque "toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant". Le non-respect du secret professionnel est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende » affirment-ils. 

Ils s’adressent ensuite au public, sans oublier de dramatiser un peu la situation : « Patients, imaginez que vous alliez à l'hôpital et que votre présence, votre identité voire des informations médicales ne soient plus confidentielles et immédiatement communiquées à des tiers dans un fichier parallèle à votre dossier médical, fichier dans lequel vous seriez inscrit par exemple en raison de votre appartenance politique, sexuelle, religieuse ou ethnique ? »

Rappelant que la liste SI-VIC mise en place après les attentats de 2015 est utilisée pour les Gilets Jaunes, ils jugent cette situation intolérable. « Pour nous, médecins, l'existence même d'un fichier parallèle renseigné après sélection de nos patients pour n'y entrer que les "gilets jaunes" est parfaitement antidéontologique. Aucune information n'est donnée aux patients sur ce fichage, aucun consentement n'est recueilli. La tenue en temps réel, comme demandée par les autorités, permet une identification et une localisation précise des patients » expliquent-ils. Ils assurent qu’ils mettront en place une « désobéissance éthique » et demandent à ce qu’une enquête parlementaire soit ouverte à ce sujet.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 08:27 Paris : une exposition aux couleurs de la Corée